OT Fernandez Fierro – Episode 1/4

Combien d’épisodes?

Comme vous pouvez le voir par certains de mes posts précédents sur la musique, j’aime partir à la découverte de nouveautés, sentir le potentiel d’artistes qui ne sont pas toujours visibles, pour ensuite explorer et partager leur travail. Les posts sur Bruce Springsteen (en anglais) et Carlos Aguirre (en français) sont de bons exemples de cette démarche. Il y en aura d’autres à venir. A commencer par la rencontre avec un jeune orchestre de tango, La Orquesta Tipica Fernandez Fierro fut particulièrement forte. J’avais l’impression de croiser le rock dans le tango, et je vous invite à lire le premier épisode dans une mini-série en 4 parties sur quelques aventures vécues avec La Fernandez Fierro.

OTFF 2003

Qui est Fernandez Fierro?

A partir de 2003, Envasado en origen commence à circuler dans les réseaux de tango. Le CD est estampillé Orquesta Tipica Fernandez Fierro. C’est le danseur Santiago Giachello qui l’utilise le plus afin de proposer de nouvelles musiques pour ses chorégraphies présentées dans les grands bals tango en région toulousaine.   Très à l’affut de nouveautés, lorsque je l’interroge pour obtenir quelques informations au sujet des cette musique nouvelle, il me dit que c’est le premier disque d’un jeune orchestre venu direct de Buenos Aires.

OTFF 2003

A cette époque, le support CD était incontournable, ayant effacé le vinyle depuis 1991 tellement vite que la réédition des classiques dormants sur 78 tours de l’age d’or du tango, pour répondre à la demande d’un public croissant pour les bals tango, se faisait uniquement en CD.

Grâce aux livrets qui accompagnaient les CDs, notamment dans la Collection El Bandonéon, on apprenait, entre autre, que les orchestres typiques de tango les plus connus portaient le nom de leur chef. Pour prendre quelques exemples célèbres, le bandonéoniste Anibal Troilo, les pianistes Osvaldo Pugliese et Carlos Di Sarli, ou le roi du rythme Juan D’Arienzo ont tous donné leur nom à leur orchestre. Les membres pouvaient changer, mais l’empreinte du chef restait indélébile.

Est-ce que ça fonctionnait aussi pour les orchestres de nos jours? Je n’en étais pas sûr. Qui était Fernandez Fierro? Il avait la capacité de donner une nouvelle vie à des tangos classiques comme Milonguero Viejo. Mais pas de photo de lui.

Milonguero Viejo, OT Di Sarli, 1940
Milonguero Viejo, OT Fernandez Fierro, 2003

Le disque était clairement inspiré du style d’Osvaldo Pugliese, dont la vie et le travail avaient traversé le 20ème siècle. Connu pour son engagement politique à gauche, qui lui a valu d’être emprisonné à maintes reprises, Pugliese avait organisé ses musiciens en coopérative, chacun pouvant proposer des arrangements ou des compositions pour l’ensemble.  L’excellent site El Recodo  caractérise le style de Pugliese par la superposition de multiples couches mélodiques et l’utilisation du rubato qui donne toute son intensité à l’expression sentimentale et mélancolique.

La Mariposa, OT Pugliese, 1976

Mais quel instrument jouait Fernandez Fierro? Il me fallait plus d’informations.

Fernandez Branca ou Fernandez Fierro?

Pas si facile de se renseigner. Le souvenir d’un article de novembre 2000 dans le journal de référence pour le tango en France, La Salida,  a resurgi en mémoire. Dans ce texte sur les jeunes orchestres de Buenos Aires, Marcella Morillo avait fait mention de la OT Fernandez Branca. Entre Fernandez Branca et Fernandez Fierro il y avait une proximité qui intriguait.

Waldo, OT Fernandez Fierro, 14 août 2001

Marcella Morillo indiquait que La Fernandez Branca faisait partie d’un collectif de 45 musiciens sur scène, soit la fusion de 4 orchestres en un seul.  Ce collectif surdimensionné de jeunes était crée en pleine crise économique et sociale en Argentine au début des années 2000. Abandonnée par des gouvernements successifs, vivant au jour le jour, la jeunesse avait repris possession du tango pour le dépoussiérer et le jouer à sa manière. Aujourd’hui, nous savons que ce monstre d’orchestre s’appelait La Maquina Tanguera, faisant référence au surnom donnait par Osvaldo Pugliese lui-même à son propre orchestre!

Des jeunes musiciens ont formé en 2000 le collectif “la Máquina tanguera“… Leur idée était de fonder un mouvement artistique de jeunes musiciens autour du tango afin d’échanger leurs connaissances et leurs expériences, promouvoir un espace culturel autonome, en dehors du circuit officiel, où ils pouvaient exercer leurs activités et organiser des concerts en public.

La Guardia Jóven, le temps d’un Tango, Belgique

Les premiers disques en vrai … enfin!

Je m’approchais petit à petit de mon but quand, enfin, au cours de l’été 2004, j’ai réussi à trouver en même temps deux CDs de La Fernandez Fierro : Envasado en origen (2002) et la nouveauté Destruccion Masiva (2003).

J’ai découvert les noms des membres de l’orchestre – pas de Fernandez Fierro dans la liste! C’était juste le nom de l’orchestre! A force de me frotter à cette musique nouvelle, et d’en parler autour de moi, j’ai retrouvé les sensations liées aux découvertes de nouveaux artistes dans le rock des années 70. C’était enthousiasmant. Dans un milieu où l’on cherchait surtout les rééditions de 78 tours du passé, je tenais une production nouvelle qui était largement à la hauteur des maîtres historiques.

Ventarron, OT Fernandez Fierro, 14 août 2001

J’ai rédigé une chronique sur ces deux disques. Elle est toujours disponible en ligne grâce au blog de Fabrice Hatem , grand témoin du tango dans toutes ses dimensions.

Une fois la chronique terminée et partagée, j’avais envie d’aller plus loin. Il était trop tard pour contacter Troilo, Pugliese, Di Sarli ou D’Arienzo. Mais La Orquesta Tipica Fernandez Fierro était bien vivante, et l’orchestre avait même un site internet. Ne maîtrisant pas l’espagnol, j’ai réécrit ma chronique en anglais avant de l’envoyer à l’adresse mail du contact de l’orchestre trouvée en ligne le 14 septembre 2004.

Mon pitch était simple :

J’adore ce que vous faites, quand est-ce que vous venez en France?

Pour la suite de l’aventure il faut passer à l’Épisode 2

Remerciements

Merci à la chaine YouTube de Federico Terranova, longtemps violoniste de La Fernandez Fierro, pour la mise en ligne d’une série de vidéos historiques de l’orchestre qui ont servi d’illustrations dans ces articles.

Sign up to receive awesome content in your inbox, every month.

2 Comments

  1. ADER Isabelle

    Merci Gerry, je me suis toujours penchée en priorité sur la danse et, grâce à toi, je découvre la musique depuis maintenant … 15 ans ? Merci de rendre cette discipline accessible ☺️

  2. Gerry Kenny

    Et oui, la musique est un monde riche en histoires! Ceci dit, il y a un texte sur la danse qui pourrait peut-être t’intéresser ici

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2024 GERRY THE KENNY

Design by Paula BearzottiUp ↑